7 novembre 2012

L’émergence de l’économie des biens communs


Le 3 novembre dernier s’est tenu à Montréal une rencontre réunissant chercheurs et praticiens autour d’un sujet bien particulier, celui du «bien commun». L’événement «À l’école des communs», auquel participaient notamment Michel Bauwens et Lionel Maurel, a été organisé par Communautique, Remix biens communs et la Chaire Nycole Turmel

Mais pourquoi parler de biens communs en 2012? La notion de «bien commun» n’est pourtant pas nouvelle! C’est que le bien commun se trouve au coeur d’une nouvelle économie en émergence, qui fait tranquillement sont chemin à l’intérieur même de l’économie mondiale de marchés. Dans l’optique de cette nouvelle mouvance, un «bien commun» est une ressource gérée par une communauté démocratiquement constituée et utilisée de manière à la rendre accessible à tous dans l’intérêt actuel et futur de la communauté.

L’émergence de cette économie des biens communs s’inscrit dans la montée d’un mouvement social à l’échelle mondiale et apparaît de plus en plus clairement dans nos radars.

Les sources d’un tel mouvement sont multiples et se rassemblent autour de plusieurs intentions, dont le rejet de l’économie mondiale de marchés, les limites de la société de consommation, la prise de conscience environnementale sur la capacité de la planète à supporter l’exploitation des ressources par les humains. La crise financière mondiale de 2008 constitue un événement important qui a engendré plusieurs conséquences, notamment sur l’économie des États-Unis et de celle de plusieurs pays européens. Elle a aussi entraîné une vague de protestations, dont le mouvement Occupy et le mouvement des indignés. Au Québec, les événements du Printemps québécois ont rassemblé plusieurs causes autour d’un vaste mouvement citoyen.

Face à cette économie de marchés qui crée artificiellement de la rareté tout en donnant l’impression que la croissance économique est possible à l’infini, le rejet de la logique économique actuelle se fait entendre sur toutes les tribunes. Les citoyens rappellent que ce système ne peut continuer indéfiniment puisqu’il nous conduit par sa logique intrinsèque à l’extinction éminente de l’humanité.

Mais, l’économie des biens communs se construisait bien avant ces crises économiques, politiques et sociales. Ce mouvement social se construit sur un ensemble des sous-cultures, dont plusieurs associées au développement d’Internet. La création de biens communs développés collectivement prend pour une bonne part sa source dans le mouvement open source qui défend la liberté d'accéder aux codes source des logiciels que les gens utilisent.

Quand on y regarde attentivement, on constate que l’approche du contenu partagé se propage à toutes les sphères de la production humaine, de sorte que la situation laisse entrevoir la formation d’une économie des «communs» imbriquée dans l’économie de marchés. Ce qui est le plus surprenant, c’est que non seulement elle s’étend à une vitesse prodigieuse mais en plus, elle tend à donner des résultats vertigineusement plus productifs que les anciennes approches de production de valeur.

WikiSpeed
À ce sujet, l’exemple de WikiSpeed est impressionnant, un projet de voiture open source développé avec l’objectif de produire une voiture sport à faible consommation d'essence à un prix inférieur à 20'000$. Un réseau de plus de 50 experts de plusieurs horizons ont développé ensemble cette voiture dépassant la capacité de développement des compagnies traditionnelles. La Wikispeed SGT01 dépasse tous les standards avec une consommation de carburant de 2,26 L/100 km en ville et de 2,06 L/100 km sur autoroute.

Alors que la prise en charge du bien commun signifiait autrefois de gérer l’appropriation d’une ressource limitée par un grand nombre de personnes, la question du bien commun entre aujourd’hui dans une nouvelle ère. En effet, lorsqu’un plan, une approche, un code ou un savoir-faire est offert librement sur la place publique, il s’ajoute aux autres biens utilisables sans restriction, créant ainsi de l’abondance de ressources disponibles. Mais plus encore, il est possible de créer de la valeur additionnelle en utilisant un bien commun pour l’améliorer et le rendre disponible à nouveau ouvertement.

Un autre exemple de l’«économie des communs», celui-là dans le domaine de la production de savoirs, l'association française Sésamath, qui regroupe des professeurs de mathématique. Cette communauté développe des outils pédagogiques en ligne et diffuse gratuitement des contenus sur Internet pour soutenir les professeurs dans l'enseignement des mathématiques aux enfants. Bien entendu, ces contenus engendrent un conflit avec l'économie traditionnelle puisqu'elle concurrence directement les éditeurs de matériel scolaire.

Cette nouvelle économie fournit des biens utilisables par tous, ce qui profite autant les citoyens que les entreprises qui ont librement accès à ces biens. Mais, il s’agit certainement d’un changement de paradigme car la logique des marchés pourrait perdre de sa raison d’être à mesure que des biens communs entrent en concurrence avec des biens de consommation payants. D’autant plus que les approches de développement en données libres sont si performantes que plusieurs entreprises n’arriveraient jamais à concurrencer ces projets.

Il y a place à l’enthousiasme car l’accumulation de biens communs, qu’ils prennent la forme d’objets, de codes, de données, d’information, tend à générer de l’abondance pour l’humanité. Et, les approches de développement produisent de la valeur avec plus d’efficacité que jamais dans l’histoire de l’humanité. C’est en cela que l’émergence de l’économie des biens communs pourrait bien s’étendre et faire profiter l’humanité, si nous arrivons à la faire évoluer judicieusement.

3 commentaires:

  1. Point de vue super intéressant Jean-François, parallèle à tout ce qui se mijote pour légiférer face à un autre sujet d'actualité: l'obsolescence programmée des biens de consommation. Je le partage, tu permets collègue gestionnaire de MS? :)

    Jean-François Carignan

    RépondreSupprimer
  2. Le lien avec l'obsolescence programmée est très pertinent. En effet, une communauté ouverte vise toujours à produire le meilleur résultat possible, et le plus durable possible. L'économie des biens communs est donc aussi en réaction à l'obsolescence programmée.

    D'ailleurs, comment pouvons-nous faire confiance à des entreprises privées qui se disent plus vertes et qui nous vendent des ampoules plus durables (qui contiennent des gaz: iode, brome, ...), sachant que l'ampoule incandescente à filament de carbone peut durer plus d'un siècle!

    Bien sûr, tu peux partager... :-)

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    Ce mouvement collaboratif est une vague de fond qui est en train de bouleverser nos modes de consommation et s'installera dans chaque pan de l'économie d'ici peu.
    Parce qu'elle remet l'individu au centre, qu'elle induit un retour à des biens moins nombreux, plus solides et en optimisant leur utilisation ( plutôt que de les laisser au fond d'un placard ou d'un garage), vive la co-révolution ! :)

    Mon message sera sur un tout autre ton que les précédents mais peut constituer une opportunité pour un canadien passionné par l'économie du partage et l'entrepreneuriat.
    Après avoir lancé en France une plateforme dédiée à la consommation collaborative, je souhaite développer notre concept au Canada et recherche une personne apte à implanter, faire connaître et populariser cette initiative.

    Merci de me contacter à l'adresse jlmbenpanel(arobace)gmail.com si vous:
    - êtes sensibilisé à l'économie du partage;
    - êtes désireux de monter votre propre business sur des secteurs connaissant une très forte croissance (e-tourisme et consommation collaborative) avec un investissement minimal et en dupliquant un modèle qui a fait ses preuves;
    - votre parcours et votre personnalité vous permettent de prendre en charge la mise en place et le développement de notre activité sur l'ensemble du territoire canadien.

    Merci par avance de votre contact, je prendrai le soin de revenir vers chaque personne s'étant manifestée et vous apporterez plus d'éléments sur notre secteur, nos réussites en France et nos projets au Canada.

    A bientôt,

    B. Panel

    RépondreSupprimer